« Réjouissez-vous dans le Seigneur, réjouissez-vous ! »

« Alléluia ! Chantez, amis, la louange du Seigneur !

Louez le Seigneur par toute votre vie.

Chantez des hymnes pour Dieu tant que vous vivez.

Ne comptez pas sur les puissants, des humains qui ne peuvent sauver !

Leur souffle s’en va : ils retournent à la terre ; et ce jour-là, périssent leurs projets.

Heureux qui s’appuie sur le Dieu de Jacob, qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu,

lui qui a fait le ciel et la terre et la mer et tout ce qu’ils renferment ! »

 

Tel est le début du Psaume 147ème que nous chantons ce jour à la messe en réponse à la première lecture d’Isaïe qui célèbre la joie de toute la terre qui se couvre de fleurs des champs, qui exulte et crie de joie.

 

Parce que son créateur vient à elle.

« Comment m’est-il donnée, se dit la terre, que mon créateur vienne jusqu’à moi ? »

Car le Créateur vient à la rencontre de sa création. Le poète rencontre son œuvre. Et de là naît sa joie.

Notre joie tient à notre rencontre avec Dieu.

Mais comment le rencontrerais-je, Celui-qui est au-delà de tout, innommable et innombrable en sa grandeur ?

Impossible aux hommes.

Mais non à Dieu.

 

Car c’est lui qui prend l’initiative.

Toute notre vie chrétienne est inscrite dans cette permission faite à Dieu (qui ne veut pas s’en passer bien qu’il puisse s’en dispenser) de lui laisser l’initiative.

 

Allez ! Pour une fois. ! Une autre fois peut-être, disons-lui simplement : « viens à l’intime de moi, toi mon Créateur ».

De là naîtra la joie de la rencontre. Car trouver la Beauté transporte de joie.

P. Ollier

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *