Histoire de la paroisse

Chaillot hier

“L‘origine de l’église Saint-Pierre de Chaillot est étroitement associé à celle du village dont elle était la paroisse. Aucun titre ne mentionne le village avant la fin du XIe siècle.

vieux-chaillot
vieux-Chaillot

On trouve dans l’histoire du Diocèse de Paris de l’Abbé Lebeuf d’intéressants renseignements sur ses origines lointaines… Sur la côte allant de Chaillot jusqu’à Boulogne, surmontée par la forêt de Rouvret (ou Rouvray), existait au VIIe siècle un village nommé Nimio. Saint-Bertram, évêque du Mans, poitevin de naissance, y avait une villa (villa Nimione sita in territerio Parisiaco). IL légua ce domaine avec les vignes qui en étaient voisines et ce qu’il avait réuni lorsqu’il était encore laïque, tant par acquisitions que par donations du roi Clotaire II déclarant par testament, qu’il voulait que ce village, dit Nimio, nommé depuis Nijon, appartienne entièrement après sa mort au Diocèse de Paris. Il précise que les vignes étaient situées dans un lieu où il y avait quelques petites sources et qui étaient pour cela nommées Fontanitum. Ces vignes étaient cultivées par les maraîchers et vignerons du canton. L’évêque est mort en 623; par la suite, les habitants du village de Nimio s’écarteront des deux côtés, les un vers l’endroit des sources et des marais, ce qui forma peu à peu un nouveau village qui prit le nom d’Auteuil ( Au signifiant prairie dans le language celtique , les autres se transportant plus près de Paris, sur l’extrémité orientale de la côte où avait été abattu un bout de la forêt (nommée depuis Bois de Boulogne ), et prenant le nom de Chaillot (Le nom de Chal ou de Chail, quelquefois Cal, figurant encore dans un titre du XIVe siècle, signifiait destruction d’arbres).

Le village de Chaillot vu du Cours-la-Reine(gravure du XVIIe siècle - vers 1630 )
Le village de Chaillot vu du Cours-la-Reine

Deux Villages furent ainsi formés de l’ancien territoire de Nimio. Ils furent érigés en paroisses, très inégales en étendue, celle d’Auteuil ayant été depuis divisée en deux (Auteuil et Passy), tandis que celle de Chaillot n’a jamais été démembrée.

La modeste église de Chaillot fut rebâtie au XVIIe siècle puis en 1740, renforcée en 1786. Au Milieu du XVIIIe siècle, le village consistait essentiellement en une rue: «la grande rue de Chaillot“, le long de laquelle étaient groupées des maisons prolongées par de grands jardins. Le Dictionnaire Universel de toutes les paroisses du Royaume de 1726 mentionne pour Chaillot 538 habitants.

vue-du-champs-de-mars
Chaillot XVIe siècle vu du Champs de Mars

L’abbé Lebeuf la qualifiait de “bâtiment tout neuf ” à la réserve du sanctuaire terminé en demi-cercle sur la pente de la montagne, où était placé le cimetière. Ce sanctuaire était plus ancien, de même qu’une tour “solidement bâtie “. Il datait en fait du XVe ou du XVIe siècle; les nervures des voûtes, culs-de-lampes et piles extérieures avec leurs pinacles et autres motifs étaient de style flamboyant. “Deux ailes encadrant la nef ne se rejoignaient pas derrière le grand autel “. Telle est la description succincte de l’église du village dont la construction avait certainement remplacée celle de l’église romane dont ne subsiste que la mention. C’est ce bâtiment qui a fait place à la vaste église moderne que nous connaissons.

Vue de la ville de Paris, prise des hauteurs du village de Chaillot
Vue de la ville de Paris, prise des hauteurs du village de Chaillot

Au début du règne de Louis XIV, le dessinateur de jardins et de parcs Le Nôtre traça les Champs-Elysées et implanta la place de l’étoile. Paris fut agrandi et en 1659, une partie de Chaillot lui fut incorporé sous le nom de Faubourg de la Conférence. Chaillot était encore un village quand Louis XIV établit par l’Edit de 1702 les vingt quartiers de Paris situé à flanc de coteau, il avait une vue merveilleuse sur la vallée de la Seine et la Cité ainsi que sur la Rive gauche et la campagne au delà de la plaine de Grenelle.

Au Milieu du XVIIIe siècle, le village consistait essentiellement en une rue: “la grande rue de Chaillot“, le long de laquelle étaient groupées des maisons prolongées par de grands jardins. Le Dictionnaire Universel de toutes les paroisses du Royaume de 1726 mentionne pour Chaillot 538 habitants. Vers le milieu de cette longue rue s’élevait l’église paroissiale placée sous le titre de Saint-Pierre. En 1859 Paris s’agrandit. Le Faubourg de la Conférence qui se situait dans le 1° arrondissement fut réparti entre le 8° et le 16°arrondissement. En moins de soixante ans, lors de la construction des nouveaux quartiers, de grandes avenues remplacèrent les jardins, vignobles et anciennes demeures.

Plan  de Chaillot
Plan  de Chaillot

Les travaux d’urbanisme du Second Empire amenèrent de nouvelles transformations et, pour percer l’Avenue de l’Empereur (actuellement Avenue Georges-Mendel), on aplanit la Butte de Chaillot. Une peinture de 1867 rappelle ces travaux qui précédèrent la construction du Palais du Trocadéro. L’église de l’ancien village, aprés la disparition du cimetière situé à son chevet, s’était trouvée englobée dans un quartier dont les voies nouvelles suivaient un tracé sans aucun rapport avec l’ancien plan. Le chevet de Saint-Pierre se présentait de biais sur l’Avenue Marceau alors que l’entrée de l’église semblait à l’étroit dans la rue de Chaillot rétrécie par l’élévation excessive des immeubles qui avaient remplacée les maisons du village, basses et souvent précédées d’une cour ou d’un jardin… Il faut noter en passant que les restes des habitants de Chaillot provenant de l’ancien cimetière ont été réunis dans une fosse au devant du Maître-Autel de la nouvelle église.

Par suite du développement du quartier, l’église paroissiale était donc devenue insuffisante. Dès 1883, la question de sa reconstruction s’était posée.

Ancienne chapelle
Ancienne chapelle

Plusieurs emplacements avaient été envisagés. En 1865, Viollet le Duc établit les plans pour une nouvelle église qui ne vit pas le jour à cause de la guerre de 1870. Elle fut néanmoins agrandie en 1884 par la réalisation d’une chapelle adossée à l’église et ouvrant sur l’avenue Marceau; la chapelle de la Sainte Vierge fut inaugurée le 25 décembre 1886. Par la suite, le mur mitoyen entre l’ancienne église et cette chapelle fut abattu pour agrandir l’espace pouvant accueillir des fidèles lors de grandes cérémonies. L’urgence d’une grande église se fit moins pressante. Selon un projet, l’actuelle Place des Etats-Unis devait recevoir l’église nouvelle.

Chaillot aujourd’hui

En 1907, Le chanoine Auguste Sicard succéda comme curé à Mgr. Ledein. Les études pour une nouvelle église recommencèrent. La seule solution restant possible était de bâtir une nouvelle église à l’emplacement de l’ancienne. En 1920, le Cardinal Dubois, nommé archevêque de Paris, soutint le projet comme le fera son successeur, le Cardinal Verdier. La séparation de l’église et de l’état ne facilitait pas les choses et rien ne put se concrétiser avant la fin de la première guerre mondiale. En 1926 le chanoine Paquier fut nommé coadjuteur pour seconder le chanoine Sicard dans cette réalisation; de nombreux points sont à régler comme:

  • Acquérir de nouveaux terrains,- Retrouver les actionnaires de la société propriétaire de la Chapelle de la Sainte-Vierge.
  • Regrouper l’ensemble dans le cadre de l’association diocésaine récemment créée qui allait être maître d’œuvre,
  • S’entendre avec la ville de Paris, propriétaire de l’ancienne église et le serait de la nouvelle sans pour autant la financer.
  • Lancer une souscription auprès de tous les paroissiens.

La décision fut enfin prise en 1927; on adopta le parti de construire la nouvelle église à l’emplacement de l’ancienne, en acquérant les terrains contigus. Cette décision avait malheureusement pour effet de sacrifier le chœur gothique du vieux Saint-Pierre…

Les chanoines Sicard et Paquier élaborèrent le programme remis aux architectes précisant:

“- Tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, l’édifice doit avoir un caractère de grandeur, de simplicité et de noblesse, digne d’un monument religieux destiné à l’un des plus beaux quartiers de Paris. Le sentiment qu’il doit exprimer ne viendra pas tant de sa richesse que de sa pieuse et noble simplicité.”

vue-de- l-église-v-1933
vue de l’église vers 1933

Cinq architectes soumirent des projets, trois furent retenus et présentés aux paroissiens. Celui d’Emile Bois architecte de la Ville de Paris ( 1875-1960 ) emporta le

concours en 1927. Les plans furent définitivement arrêtés le 12 mai 1929 et les travaux commencèrent en 1932 et s’achèvent en 1938. La nouvelle église est construite sur l’emplacement de la précédente, agrandi de terrain acquis spécialement, entre la rue de Chaillot et l’avenue Marceau. Suivant la tendance de l’époque vers un retour à l’église primitive, et pour occuper au mieux l’espace disponible, l’architecte Emile Bois dessine une église en forme de croix grecque, de style romano-byzantin, dominée par cinq coupoles et un clocher. L’église, sauf la façade et le clocher, est construite en béton, technique moderne qui permet le développement d’un vaste espace intérieur sur une superficie réduite.

L‘architecte, suivant la tradition byzantine, a prévu en équipe avec les artistes et, Mgr Paquier et Mgr Gaston, curés successifs de Chaillot, l’ornementation de l’église. Ainsi architecture et décoration forment un tout qui donne au visiteur, selon l’intention d’ Emile Bois, une impression de grandeur, de simplicité et de recueillement. Le thème décoratif choisi est la vie de saint Pierre, sur le tympan de la façade, et à l’intérieur la vie spirituelle de l’église, expliquée par les fresques de Nicolas Untersteller, celles de Pierre Ducos de La Haille au plafond et dans la crypte, la statuaire de Henry Bouchard et les chapiteaux de Pierre Séguin, illuminés par les vitraux des frères Mauméjean. Eglise pour le temps présent, le béton de très belle qualité, soigneusement travaillé, est laissé à nu à l’intérieur, contribuant à la sensation de l’heureux mariage de la tradition et de la modernité.

plans_superposes
plans superposés

C‘est d’une superficie de 2.750 mètres carrés que les architectes pouvaient disposer pour établir les plans de la nouvelle église. L’archevêché fournit les fonds nécessaires pour l’achat des terrains complémentaires. Un comité de l’Œuvre est constitué. C’est essentiellement grâce à l’action persévérante de Mgr Gaston, Curé de Saint-Pierre, qu’est due cette réalisation d’une importance exceptionnelle qui fut menée à bien dans un délai rapide. A la fin de 1927, le projet établi par l’architecte Bois est adopté et la première pierre posée sous la présidence de Mgr Dubois. Les travaux ne commencèrent effectivement qu’en 1932. Ils devaient nécessairement être réalisés en deux étapes afin d’assurer la continuité de la vie paroissiale. Après la démolition du chœur de l’ancienne église, c’est la partie sur l’Avenue Marceau, comprenant le porche, le clocher et la nef qui devait constituer la première étape.

Le 5 janvier 1935, on inaugurait l’église basse, puis le 1er juin de la même année l’église haute, c’est-à-dire la nef de la nouvelle église, le chœur ne pouvant être construit qu’après la démolition de l’ancienne église.

En étroite collaboration avec le maître d’œuvre, l’architecte Emile Bois, Maître Henri Bouchard réalise la sculpture de la façade, ensemble monumental, un des plus vastes de notre époque.

Décoration de Maître Untersteller
Décoration de Maître Untersteller

En 1937, la seconde étape de la construction est assez avancée pour que puisse être entreprise la décoration de la croisée. Cette œuvre considérable est confiée à Maître Untersteller qui réalise la fresque dont le décor en camaïeux brun et or est d’une grande force par la stylisation des figures. Les verrières ont été conçues et réalisées par les frères Mauméjan. Leurs puissantes tonalités dispensent une lumière tamisée qui contribue à l’atmosphère recueillie souhaitée par le maître d’œuvre.

Le 18 mai 1938, l’église fut inaugurée par le Cardinal Verdier qui avait suivi avec un grand intérêt la réalisation de ce ” Chantier du Cardinal “. Il faut toutefois noter que bien qu’incluse dans ce vaste programme, la construction de la nouvelle église a été entièrement financée par la générosité des paroissiens de Chaillot, élan admirable qui a renouvelé ceux du temps des bâtisseurs de cathédrales…

Mgr Roncalli , Nonce Apostolique, résida plusieurs années à Chaillot. Le 11 juin 1946, le futur Jean XXIII sacra Mgr Pacini Evêque de Germia dans la nouvelle église. Ce prélat fut ensuite Nonce à Haïti et à St-Domingue.”


Article “Emile BOIS, architecte ; Bernard LISSALDE, collaborateur ;Avenue Marceau – rue de Chaillot Paris 16° 1931 – 1938

paru dans  “L’Architecture des années 30” .

Le projet d’Emile Bois pour l’église de Saint-Pierre de Chaillot fut retenu à la suite d’un concours en 1926. Les travaux commencèrent en juillet 1931. En 1935, faute de crédits, ne sont réalisées que la façade de l’avenue, l’église basse et la première des cinq coupoles. Pourtant, en moins de trois ans, Mgr Jean Gaston menait alors les travaux à leur terme. L’inauguration présidée par le Cardinal Verdier, eut lieu finalement le 18 mai 1938. C’est l’un des plus vastes édifices religieux érigés à Paris depuis plus d’un demi-siècle : les dimensions du dôme central sont en effet supérieures à celles du dôme du Sacré-Cœur.

Vue aerienne de l’eglise Saint Pierre de Chaillot
Vue aérienne de l’église Saint Pierre de Chaillot

L‘église Saint-Pierre de Chaillot, dont la façade principale se trouve sur l’avenue Marceau, est en fait composée de trois parties. La première est une tour de soixante deux mètres quarante de hauteur qui domine l’ensemble. La deuxième partie est invisible car il s’agit d’une église basse, construite, telle une crypte, sous l’église principale qui forme la troisième partie.

La tour relie les deux églises au clocher. Sa façade sur l’avenue poursuit celle de l’église : on ne lit aucun décrochement et la pierre de Saint-Maximin est la même. Plus loin, le porche s’ouvre dans un fronton en saillie sur le nu du mur: trois arcs en plein cintre portés par deux énormes colonnes marquent l’entrée de l’église. La grande décoration du tympan est l’œuvre du sculpteur Henry Bouchard: il y raconte la vie de Saint Pierre. Seule une rangée de petites fenêtres encadrées par deux loggias interrompt un imperturbable appareil de pierres.

L‘église basse est construite sur un plan en forme de croix grecque. De lourds pilliers soutiennent une voûte formée de deux plans inclinés de béton, tels les versants d’une toiture, à l’exception de la partie centrale horizontale. Un autel y est dédié aux morts de la Grande Guerre. D’une superficie de huit cent vingt mètres carrés, l’ensemble, sépucral, évoque les catacombes.

L’eglise vue de la rue de Chaillot
L’eglise vue de la rue de Chaillot

       L‘église haute reprend, à une autre échelle, puisque la surface en est de mille neuf cent soixante mètres carrés, le plan en croix grecque. Autour de la coupole de quarante six mètres de hauteur, quatre coupoles plus petites sont élevées à vingt-cinq mètres. Toutes sont établies sur des plans octogonaux. Le sculpteur Henry Bouchard, comme en écho aux sculptures du tympan, a enrichi de bas-reliefs le retable, la chaire (aujourd’hui démontée), les ambons et le Chemin de Croix, et de hautes statues dorées, les autels de la Vierge et du Sacré-Cœur. Les fresques des retombées du dôme central sont de Untersteller.

C’est un ensemble faisant appel à de nombreuses références architecturales et religieuses. L’extérieur présente l’aspect fortifié et presque militaire des couvents du Moyen Age, traduisant plutôt une curieuse inspiration romane et byzantine à la fois. La modernité confère à ces influences une expression nouvelle.

Références: Architecture des années 30

Bertrand Lemoine & Philippe Rivoirard

Bibliographie: Au, août 1935, pp.279-284, novembre 1938, pp361-370;

CM, septembre 1935. pp.998-1009, novembre 1938, pp.75-81

Le territoire de la paroisse Saint-Pierre de Chaillot

Vue aérienne du quartier
Vue aérienne du quartier

A cheval sur le 8° et le 16° arrondissement, le territoire de la paroisse Saint Pierre de Chaillot forment un triangle dont les sommets sont le palais de Chaillot, l’Arc de Triomphe et le Grand Palais.

Sa base s’étire le long de la Seine, du pont d’Iéna au pont Alexandre III. L’avenue des Champs-Elysées et l’avenue Kléber forment les deux autres côtés.

Qui peut imaginer tout ce qu’il se passe et tout ce qu’il se vit en ce coin de Paris où les activités comportent de multiples facettes et qui attire des centaines de milliers de personnes.

  • Un quartier qui accueille tous les jours 150 000 personnes venant y travailler.
  • Un quartier d’affaires prestigieux (Le Triangle d’Or consacré aux industries du luxe).
  • Un quartier culturel avec de nombreux musées et sites historiques et qui voit se côtoyer 18 communautés chrétiennes.