Fidélité des animaux

Des animaux et des hommes.

Homélie du Père Horovitz du 9 mai 2021.

Et Dieu dit :

Que les eaux foisonnent d’une profusion d’êtres vivants, et que les oiseaux volent au-dessus de la terre, sous le firmament du ciel.

 

Dieu créa, selon leur espèce, les grands monstres marins, tous les êtres vivants qui vont et viennent et foisonnent dans les eaux, et aussi, selon leur espèce, tous les oiseaux qui volent. Et Dieu vit que cela était bon. Dieu les bénit par ces paroles : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez les mers, que les oiseaux se multiplient sur la terre. » Il y eut un soir, il y eut un matin : cinquième jour. Et Dieu dit : « Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, bestiaux, bestioles et bêtes sauvages selon leur espèce. » Et ce fut ainsi. Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce, et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce. Et Dieu vit que cela était bon. (Gn 1, 20-25)

Mes frères et sœurs, aujourd’hui je ne commenterai pas directement l’Évangile mais je parlerai du sujet qui nous réunit ici : les animaux en général et en particulier le lien avec nous autres chrétiens catholiques.

A la fin de mon homélie chacun pourra se présenter avec son animal, je le bénirai. Vous me donnerez le nom de votre animal afin qu’il puisse recevoir une bénédiction.

Tout d’abord, lorsque nous regardons la place des animaux dans la Sainte Écriture, on constate qu’ils ont une place très importante. Dès la Genèse, ils sont présents. Ils sont présentés à Adam pour que celui-ci puisse les nommer. Il y a donc un lien étroit entre les hommes et les animaux. Que dire de Tobie qui possédait un chien et bien d’autres exemples que nous pourrions trouver.  Le Bon Dieu a créé les animaux comme des auxiliaires pour les hommes. Je me souviens d’un éleveur qui disait que les chiens sont les seules créatures au monde capables de préférer l’amour de leur maître à l’amour d’eux-mêmes. Combien de témoignages de ce type connaissons-nous de chiens qui se sont laissé mourir, par exemple, parce que leur maître était parti vers le Bon Dieu. Combien d’exemples d’une fidélité absolue du chien pour son maître ! Nous pouvons voir ici une représentation, une image de la fidélité de Dieu, de l’amour de Dieu.

Lorsque l’on regarde la vie des saints, on en a tout un cortège.

Tout d’abord l’abbé Godard. Je l’ai découvert, à l’occasion de mes 10 ans de sacerdoce. Les paroissiens de ma précédente paroisse m’avaient demandé ce qui me ferait plaisir. J’avais dit un chien ; un chien de chasse. D’où ce beau cadeau qui est aujourd’hui ici mon chien Ludo. L’éleveur m’avait dit alors : « sachez que le manuel qui sert à l’éducation des animaux et qui est le manuel de référence a été écrit par un prêtre. » L’abbé Godard, prêtre de campagne, a passé sa vie, entouré d’animaux, de chiens en particulier et il était intarissable sur la question de l’éducation canine.

J’ai fait référence également dans l’édito à Saint Roch et à son petit chien qui fut un compagnon très important à travers les périples qui furent les siens.

Que dire également de saint Hubert qui trouva un signe de Dieu extraordinaire à travers un cerf qui possédait entre ses cornes une croix qui semblait être en diamant.

Saint Calais a été protégé par un buffle. Il a eu beaucoup d’ennemis et au cours de ses aventures, ce buffle s’est montré très fidèle à lui et l’a sauvé plus d’une fois au cours de sa vie trépidante.

Enfin saint Jean Bosco et son extraordinaire chien qui se présentait à lui lorsqu’il était en difficulté. Plusieurs fois pris en embuscade, un chien apparaissait à chaque fois à ses côtés. Son ange-gardien avait pris la forme de ce chien.

Vous voyez cette merveille que sont les animaux pour nous. Nos animaux nous consolent lorsque nous sommes tristes, ils nous protègent lorsque c’est nécessaire. Combien de chiens policiers, combien de chiens d’avalanche, combien de chiens capables de retrouver des gens sous les décombres d’un tremblement de terre ! Vous voyez combien la liste est longue…

Evidemment, on pourrait parler de tous les autres animaux qui ont également leur rôle.

Pensons à saint Benoît qui recevait de la nourriture à travers le ciel et à travers un corbeau, dans son refuge solitaire.

Vous voyez que l’Église est véritablement un bestiaire. Elle aime, donne une place particulière à nos amis les animaux. Elle reconnaît la tradition de la création de Dieu. Dieu qui, encore une fois, a créé les animaux pour notre joie, pour notre consolation, et pour ces belles journées que nous vivons avec tous nos petits compagnons.

Il faut aussi parler de saint François d’Assise qui avait retrouvé une forme particulière de communication avec les animaux qui existait peut-être avant le péché originel. Il parlait aux oiseaux, il faisait venir des poissons qui s’approchaient de lui.

Me revient encore à la mémoire cette extraordinaire histoire d’un martyr qui un jour a vu un lion qui gémissait. Ce pauvre lion avait une épine dans sa patte que le chrétien lui retira.  Un jour, ils se retrouvèrent face à face dans une arène où des Romains voulaient donner à manger à ce lion, le chrétien. Mais le lion reconnut l’homme et se coucha devant le chrétien. Ce chrétien eut la vie sauve grâce à la reconnaissance du lion.

Pensons à saint Antoine de Padoue. Arrivé dans un village, où beaucoup n’avait pas la foi eucharistique et se moquait de lui, saint Antoine leur dit :

Venez ce soir vous verrez qu’un âne est plus intelligent que vous.

 

Le soir, on fit venir un âne et le Saint Sacrement. Saint Antoine porta le Saint Sacrement et voilà que l’âne se mit à genoux devant le Saint Sacrement. Les paroissiens ont vu et ont compris que Jésus était véritablement et réellement présent.

Chers amis, vous voyez que même si on ne fait pas référence toujours à ceux-là, on ne pourrait pas vivre sans les animaux : ils sont un peu nos anges visibles ici-bas. Nous les honorons à travers cette messe et nous pourrons je l’espère, chaque année avoir un rendez-vous fixe pour bénir tous nos amis.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *