« Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »

Homélie du 23 août 2020, 21ème dimanche du Temps ordinaire

En méditant ce beau texte, le Seigneur veut aussi nous interpeler sur notre foi : la question posée aux disciples s’adresse à nous tous : qui est Jésus pour nous ?

Cette demande que Jésus adresse à ses disciples, arrivé dans la région de Césarée de Philippe, a été préparée par la première partie de l’Evangile que nous n’avons pas lue ; il est question d’une mise en garde de Jésus contre « le levain des pharisiens et des sadducéens » qui pour mettre Jésus à l’épreuve lui demande un signe venant du ciel.
En effet, Jésus s’est révélé par ses enseignements pleins d’autorité, par sa puissance miraculeuse et par-dessus tout sa miséricorde envers les nécessiteux, les malades et les pécheurs. Il voudrait donc que ses disciples tirent les conclusions de sa discrète mais claire révélation.

Avant tout l’opinion des autres semble intéressante. Que disent-ils de lui ? Chose certaine, ils voient en lui un personnage important.
Certains disent qu’il est Jean-Baptiste ressuscité, puisque sa mission comme celle de Jean-Baptiste, est d’exhorter à la conversion « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche » (Matthieu 4,17). Cette annonce est le message initial de la vie publique de Jésus tout comme Jean-Baptiste.
D’autres considèrent que Jésus est plus grand que Jean-Baptiste et le prennent pour Elie, ce prophète empli de zèle pour Dieu, intrépide et capable de commander au ciel de se fermer et de faire cesser la pluie ; pour d’autres encore, il serait le prophète Jérémie, un prophète conscient de vivre une période de crise pour son peuple. Tout comme Jérémie, Jésus prophétise la destruction du temple.
La foule est donc partagée en diverses opinions fondées sur quelques apparences du ministère de Jésus.
Face à toutes ces réponses, Jésus veut s’assurer que ses disciples le connaissent vraiment, pour l’avoir toujours accompagné pendant son ministère, pour avoir été initiés aux secrets du Royaume de Dieu.

« Et vous que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Inspiré par Dieu, Simon Pierre qui sait réagir spontanément répond : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », une confession de la messianité de Jésus et de sa divinité, sa consubstantialité au Père. Jésus n’est pas un simple prophète, mais le Messie tant attendu que Dieu dans le psaume deuxième, appelle son Fils :

 Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré  (Psaume 2,7).

En réponse donc à cette belle profession de foi, Pierre se voit confier une mission : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église ». En déclarant cela, Jésus met en avant la spécificité de la fonction de Pierre dans son projet de salut des hommes au travers de son Eglise. C’est bien son Eglise, comme il le dit, tu es ce roc sur lequel je bâtirai « mon Église ». Et il affirme même que la puissance de la mort ne l’emportera pas sur elle. C’est donc un appel pour nous à vivre dans l’espérance. Le Christ vainqueur de la mort et du péché est toujours présent et agissant dans son Église. Il est dans la barque de l’Eglise, à nous de savoir lui faire confiance surtout face à ces vents contraires qui l’agitent mais ne peuvent au grand jamais la noyer; comme aux disciples, il nous redit « confiance, c’est moi, n’ayez plus peur ». Les divisions, les violences et les scandales n’auront pas le dernier mot contre l’Église.

En méditant ce beau texte, le Seigneur veut aussi nous interpeler sur notre foi : la question posée aux disciples s’adresse à nous tous : qui est Jésus pour nous ? Aujourd’hui, au fin fond de notre cœur, il faudra se poser la même question : Pour moi, qui est Jésus ? Quel rôle joue-t-il dans ma vie ?

Au cœur de notre propre chemin de foi, telle est la question essentielle à laquelle le croyant est sans cesse invité à répondre. Une question évidente et facile à répondre, peut-on se dire ! Toutefois on ne se la pose même pas jusqu’au jour où, pour des raisons particulières, on s’interroge sur le sens ultime de l’existence, sur la souffrance, la mort, la maladie, et ces jours-ci sur cette pandémie du coronavirus qui nous inquiète tant et sûrement nous questionne tous… Quand donc nous éprouvons un grand malaise dans notre vie de foi, alors là, cette immense interrogation remonte en surface : Quelle place Jésus tient-il réellement dans ma vie ? Une question qui nous pousse dans nos derniers retranchements. Car la foi ne se réduit pas à une vague opinion sinon Jésus se serait contenté de ce que pensent les gens de lui, sans pour autant retourner la question à ses disciples.

La foi chrétienne, bien chers paroissiens est d’abord l’adhésion à une Personne, Jésus. Une rencontre personnelle et vivante avec Lui. À l’heure où les informations prolifèrent, et où on ne sait plus trop démêler le vrai du faux, on peut se demander s’il y en a beaucoup, parmi nous les chrétiens, qui manifestent un désir de mieux connaître Jésus ! Qui est-il réellement pour nous, pour moi, pour toi ?
Si quelqu’un m’interroge en ce moment au sujet de ma foi, saurais-je lui parler avec conviction de Jésus dans un langage simple sans l’enfermer dans des phrases obscures, sans juste vaguement lui raconter ce que j’ai entendu dire de Lui ? Saurais-je parler de Lui comme si je présentais à quelqu’un celui que j’aime et pour qui j’ai de l’admiration et qui a impacté ma vie ? Comment pouvons-nous présenter Jésus à ceux qui sont convaincus que, grâce aux progrès de la science, Dieu n’est plus forcément la réponse ultime aux questions de l’homme.
Cette page d’Évangile nous invite à nous réapproprier notre propre chemin de foi. Mieux connaître Jésus est un gage de notre salut ! La foi c’est un don à accueillir et elle doit être constamment éclairée. La foi en Jésus nous invite à mieux le connaître non seulement pour pouvoir la transmettre et en témoigner, mais déjà pour en vivre.

Cette foi dont nous parlons ne se résume pas à une collection de dogmes ou d’exposés d’enseignements catéchétiques, c’est un chemin à parcourir, une rencontre, une expérience personnelle avec Jésus. Il est lui Jésus, le Chemin qui nous mène vers la Vérité : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jean 14,6)
Puisse Jésus être au centre de tout de qui est important pour nous. Qu’il soit pour nous, chemin, vérité et vie. Son amour pour nous est immense. Cet amour nous sommes invités, à l’accueillir dans notre vie pour en rayonner et le répandre autour de nous.
C’est justement pour nous abreuver à la source de cet amour, que nous sommes réunis en ce jour béni, jour du Seigneur pour célébrer l’Eucharistie, source et sommet de notre vie chrétienne.

Puisse la Vierge Marie, celle que nous avons célébrée hier comme Reine du ciel, intercéder pour nous, afin que nous soyons des témoins de l’amour de son divin fils pour ceux vers qui Il nous envoie.

AMEN

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *