Ils sont deux qui témoignent : l’eau et l’Esprit.

Homélie du dimanche 10 janvier : Baptême du Seigneur.

Je voudrais m’arrêter avec vous quelques minutes sur cette phrase :

Ils sont deux qui témoignent : l’eau et l’Esprit .

 

Pour cela, je voudrais que nous puissions nous aider d’une image. Regardons, si vous le voulez bien ensemble, une fleur, du moins imaginons-la en son éclosion prochaine. Car, c’est un fait, le printemps est là, sinon à notre porte, du moins à notre portée. Et il est bien vrai que nous aspirons tous à un printemps prochain qui sera ouvert et démasqué, un printemps lumineux, où nous pourrons sortir et nous réjouir, comme la fleur éclose qui sortira de sa fibre ligneuse.

Regardons une fleur : que voyons-nous ? La matière, la fibre végétale qui s’épanouit, grandit et se transforme en bouton et bientôt en fleur. Mais ce processus ne peut se réaliser si la fibre végétale n’est pas traversée, ne s’ouvre à la lumière. Vous reconnaissez là le processus bien connu de la photosynthèse. Resterait-elle fermée à la lumière, la fleur ne s’ouvrirait pas.

Le plus matériel s’ouvre au plus immatériel, et c’est là une sorte de miracle naturel. Comment le matériel peut-il être transfiguré par la lumière qui est immatérielle ?

Cette comparaison nous aide à comprendre ce qui se passe aujourd’hui, au baptême de Jésus, dans les eaux du Jourdain. La matière, l’eau, mais aussi le corps, l’âme, l’esprit de Jésus se laissent transformer par l’Esprit des cieux, l’Esprit de Dieu. L’eau au Jourdain est consacrée par l’Esprit. Le Seigneur pénètre par son Esprit les eaux et les remplit de sa puissance de vie.

L’Eglise, dans sa sagesse a gardé une trace de cette transformation des eaux du Jourdain. Vous le savez, aujourd’hui encore, lorsque l’on baptise avec de l’eau du Jourdain que l’on a rapportée de Terre sainte, on est dispensé de bénir cette eau comme on le fait normalement le jour du baptême.

L’Esprit porte jusqu’à sa perfection ce que la nature porte en elle déjà de forces vives. L’eau en effet par elle-même est un principe de vie. Nous venons de l’eau, je le rappelle à chaque baptême. Nous avons, bon an mal an, passé chacun d’entre nous neuf mois dans l’eau. Et il faudrait ajouter à cela que soixante-cinq pour cent de notre corps est composé d’eau.

L’eau est principe de vie. Mais voilà l’eau ne suffit pas à la vie. Il faut que l’Esprit vienne achever en la vivifiant ce que l’eau porte déjà en elle de ressources vitales. Ainsi en va-t-il de notre baptême.

Le baptême 

La vie que vous avez reçue de vos parents, vie bonne, grande, généreuse et bien digne de respect, votre vie a reçu un dynamisme spirituel plus grand encore par le baptême. Celui qui vous permet d’atteindre -attention à ce mot- la perfection ; un grand mot que l’on comprend mal. La perfection d’un être : c’est la réalisation en lui de toutes les virtualités qu’il porte. Et nous portons en nous la capacité de recevoir l’Esprit de Dieu, d’être transfiguré par lui. C’est la grande dignité de notre nature humaine. Qu’elle puisse rencontrer Dieu et faire Alliance avec Lui. Au jour de votre baptême, Dieu vous a communiqué l’Esprit. Au jour de votre baptême, Il a fait de vous ses enfants. Au jour de votre baptême, le ciel, comme au jour du baptême de Jésus, s’est ouvert. L’Esprit a déchiré les cieux, est descendu et une voix s’est fait entendre : « Tu es mon enfant bien-aimé, en toi, je trouve toute ma joie ». Et c’est, frères et sœurs, ce qu’Il vous redit encore aujourd’hui. « Aujourd’hui, tu es, vous êtes mes enfants bien-aimés, en toi, en vous je trouve toute ma joie ».

L’Esprit qui est un dynamisme spirituel et un dynamisme de vie nous porte en avant. Tout n’est pas fini au baptême. Pas plus que tout s’achève dans le baptême de Jésus. Il y a un après, et un avant, et un en-avant. Jésus part au combat. Un combat pour la vie, un combat pour que nous ayons la vie, que nous soyons libérés de toutes les forces d’oppressions, de tout ce qui rabaisse l’humanité : la pauvreté matérielle, spirituelle, la pauvreté intellectuelle aussi car le Christ, en venant dans le monde, a ouvert l’intelligence et la raison humaine. L’Esprit nous porte à combattre les forces du mal, à remporter le combat de toute une vie, le combat contre toute mort.

Ce fut le combat de Jésus après son baptême ; c’est aussi le vôtre aujourd’hui.

Amen.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.