Paternité

Frères et sœurs, priez Dieu pour qu’il ouvre mes lèvres afin que je vous parle, comme je prie Dieu qu’il ouvre vos oreilles et vos cœurs pour que vous puissiez L’entendre.

Je vous parle aujourd’hui de la paternité. J’utilise pour ce faire un proverbe kabyle. L’Eglise s’est toujours nourrie de la sagesse de la terre comme de celle du ciel. Nous trouvons dans l’incarnation de Dieu la confirmation de cette double référence. Jésus est le fils du Ciel et le fils de la terre, le fils du Père, le fils de Marie. C’est sur les genoux de Marie, sur les genoux de Joseph qu’il a acquis cette sagesse admirable qu’il nous a transmise. Proverbe issu de la sagesse des nations, proverbe Kabyle.  « Lorsque ton fils sera devenu adulte appelle le « mon frère ».

  1. Paternité et fraternité.

Telle est la tâche admirable d’un père, de faire en sorte que son enfant puisse devenir un frère. Cette fraternité brise la hiérarchie naturelle qui existe entre un père et un enfant. La hiérarchie de dépendance, la hiérarchie de degré qui peut exister entre le père et son enfant trouve sa solution dans la fraternité. Cet ordre est symboliquement modifié par le fait qu’un père par sa propre initiative, reconnaisse dans un enfant un frère. Il arrive parfois que ce soit l’enfant qui propose à son père d’entrer dans cette relation.

Je vous donne ici un exemple de ce renversement.

Lorsqu’il m’a fallu annoncer mon entrée au séminaire à mes parents voilà ce qui est arrivé. Ma mère a été troublée mais heureuse. Je ne savais pas trop ce que dirait mon père. Je l’ai donc invité à faire un détour. Un détour au bord de mer. Nous l’avons fait un week-end. Au fur et à mesure que le week end durait, je ne parvenais pas à lui dire la nouvelle. C’est en arrivant au bord du quai de la gare, au moment d’embarquer dans le train que je lui ai dit :  “tu Sais, je vais entrer l’année prochaine au séminaire”. Je concevais fort bien qu’il ne soit pas simple pour un père d’entrer dans l’intimité de cette décision. Mon père a répondu fort heureusement à cette invitation à la fraternité en me disant : “on n’est jamais prêtre seul”. Il voulait dire par là, qu’il allait bien sûr me soutenir de toutes ses forces dans ce choix, dans cette vocation que je voulais assumer.

Dans l’ordinaire d’une relation père/enfant, c’est le père qui permet à un enfant d’entrer dans la fraternité.

Être père, c’est donc permettre symboliquement à un enfant de devenir frère. Nous voyons ainsi la justification de l’affirmation inouïe de Jésus qui nous dit : “que personne d’entre vous ne se fasse appeler père, car vous n’avez qu’un seul Père qui est aux cieux et vous êtes tous frères” (Év. selon saint Matthieu, 23,9). Il n’y a en réalité qu’un seul être qui puisse recevoir ce beau nom de Père et c’est Dieu, car tous nous sommes appelés à la fraternité. Et un père de manière symbolique, dans la réalité de sa vie, exerce la fonction symbolique de faire émerger la capacité de fraternité d’un homme, d’un enfant. Celle-ci se noue à travers une distinction symbolique : il est le père et par le seul symbole qu’il représente, il délivre en quelque sorte un enfant de sa position naturelle, laquelle risque parfois d’être vécue négativement, pour l’honorer du titre de frère .

Aux heures décisives de la vie d’un enfant, la part symbolique du père prend une visibilité plus grande.

Il revient ainsi au père de prendre de temps en temps son enfant par le bras pour lui dire : “ Allez viens, on va parler de choses qui comptent, de choses importantes, qui nous touchent, de choses qui te permettront de franchir les obstacles, les épreuves, de pouvoir grandir en taille, en intelligence, en sagesse. Cela peut se faire tôt dans l’existence d’un enfant.

  1. Paternité et liberté

il y a une seconde fonction paternelle qui consiste à faire émerger la liberté de l’enfant.

Gabriella que j’ai baptisée la semaine dernière est là, devant moi, au premier rang avec ses parents. Elle ne fait qu’un avec vous, sa chère maman, elle est votre chair, votre sang. Vous l’avez nourrie, vous l’avez portée. Il est bien compréhensible qu’à cause de ce lien si intime et si important, il soit difficile à un enfant d’accéder immédiatement à son identité propre. Gabriella, même si elle est pour l’instant dans les bras de son papa, ne fait qu’un avec vous. Demain, par le biais symbolique de la fonction paternelle, elle se distinguera de vous, et par là prendra une forme d’indépendance et de liberté inhérente à la vocation de tout homme et de toute femme en ce monde.

La fonction symbolique du père est le sacrement de la paternité de Dieu qui nous veut libres. Dieu s’est agenouillé devant la liberté des hommes. Il s’est agenouillé devant cette liberté, lorsqu’il a lavé les pieds de ses disciples par amour pour eux. Nous le savons, il n’y a pas d’amour sans liberté. Dieu s’est agenouillé devant la liberté des hommes, lorsqu’il est mort condamné par eux sur la croix. Il n’y a pas de responsabilité sans liberté. Dieu continue à préférer en nous la liberté à tout autre bien, même lorsque nous le rejetons par nos fautes. Cette liberté est le bien humain le plus haut et donc le plus souvent ignoré qui permet à l’homme d’honorer son prochain et d’honorer Dieu dans une libre disposition de soi.

Cette liberté chrétienne, nous la revendiquons comme un bien propre. Revendication de pouvoir parler librement, de pouvoir croire librement, de pouvoir nous réunir librement. Ce sera probablement dans les années prochaines, un défi et un enjeu majeur de notre société de défendre les libertés fondamentales et la première, notre liberté religieuse.

Concluons. Pas de fraternité sans paternité. Pas de liberté sans paternité.

L’on a pu croire que la fraternité n’était que l’établissement de règles de vie contingentes et horizontales. Elle est bien plus que cela. Elle est le don du Père, le don d’un père.

On a pu croire que la liberté était simplement acquise ou conquise. Elle est bien plus que cela. Elle est aussi le don du Père, le don d’un père qui nous soustrait aux liens qui nous attachent pour nous rendre libres comme lui.

Amen

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *