RETOUR SUR NOTRE MARCHE

Frères et sœurs, voici le quatrième dimanche de notre marche « en Avent »

RETOUR SUR NOTRE MARCHE

Je vous ai proposé chaque dimanche de l’Avent de “croquer” un petit morceau de la crèche, pour que chacun puisse repartir à la maison avec un petit goût de Noël en son âme, en son cœur et pour le partager.
Le premier dimanche ce furent les bergers, gardiens de l’espérance.
Le deuxième dimanche, Jean-Baptiste, Veilleur d’une Aube nouvelle.
La semaine dernière, Joseph, audacieux dans la foi.
Aujourd’hui, la meilleure part.
Marie, bien sûr.
Et pourquoi est-elle la meilleure part ? 
Parce qu’elle a su accueillir la totalité du mystère de Dieu en elle. Nous allons voir comment.
Il est évident qu’en choisissant comme quatrième personnage de la crèche, la Vierge Marie, je mets en avant notre préférée,
Celle que l’on peut suivre sans se tromper,
Celle que l’on peut contempler sans se tromper.
Celle que l’on peut prier sans se tromper.

PRIÈRE À MARIE

Il y a quelque temps, je me trouvais du côté de la rue de Sèvres pour une course. J’entendais deux vendeuses discuter à une caisse. Je me suis approché, pour régler mes achats. Et elles continuaient à parler sans se préoccuper de moi. Témoin passif, j’écoutais. L’une demandait à l’autre, si elle accepterait de la remplacer à l’heure du déjeuner pour qu’elle puisse aller prier. Elle avait, disait-elle, pris la responsabilité d’aller prier chaque midi, pour la fille d’une de leurs collègues malade d’une leucémie. L’autre lui dit alors : “tu vas à la maison des miracles ?”
Je sortais justement de la Chapelle de la Médaille Miraculeuse.
La maison des miracles !
Oui, Marie fait des miracles, depuis toujours.
Du moins, intercède-t-elle auprès de son Fils pour qu’il fasse ces prodiges et ces grandes choses qui émaillent la vie de l’Église depuis deux mille ans.
Parfois, ce sont des miracles que l’on appelle sourds.
Personne n’en sait rien. Il n’y a que la Vierge et nous qui le sachions. Et Dieu.
Nous avons tant de fois expérimenté combien la Vierge Marie est présente à la vie de notre âme, à la vie de nos familles, à la vie de notre pays.

LA GRANDEUR DE MARIE

Pourquoi la Vierge Marie est-elle si estimée ?
Pour la raison que je vous signalais en début d’homélie : c’est qu’elle a su accueillir la totalité de Dieu.
C’est pourquoi elle est humble. Nous assistons là à ce qui est systématique dans le Christianisme, une espèce de renversement.
Le christianisme n’est pas une religion des faibles, comme on le croit, mais la religion de l’accueil de la totalité de Dieu, de tout ce que Dieu veut nous donner. Et tout ce qu’Il veut nous donner, c’est Lui-même.
Marie est Celle qui a le mieux accueilli la totalité de Dieu.
C’est parce qu’elle a accueilli la totalité de Dieu, qu’elle est humble.
Écoutez sa prière dans le Magnificat :
“ Il s’est penché sur l’humilité de sa servante. Saint est son Nom !”
Ne nous trompons pas de chemin.
Pour être simple, pour être petit, pour être humble,
Il ne faut pas tant se frapper la poitrine et se regarder d’un air contrit, mais il faut accueillir en soi la totalité de Dieu. Et c’est Dieu même qui, dans Sa grandeur, nous fera petits.
Amen.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.