La confiance

Sur les épaules de Joseph

Avez-vous remarqué la joie et la fierté que l’on voit sur le visage d’un père ou d’une mère qui porte sur ses épaules un enfant ? Comme s’il disait : « voyez c’est mon enfant et j’en suis fier !»

Ce faisant, il me semble qu’un parent portant son enfant, dit autre chose encore, de plus important. Il dit : « cet enfant est plus grand que moi ». N’est-ce pas là, le sommet de toute l’éducation de faire que vos enfants, vos petits-enfants deviennent plus grands que vous ? C’est le véritable sens du mot autorité “ce qui élève (augere en latin)”, “ce qui permet de grandir”. Faire preuve d’autorité, c’est très simplement permettre à un enfant de s’élever, et de grandir.

Comme enseignant à la Faculté, c’est ma joie de voir mes étudiants me dépasser.

Joseph a lui aussi porté sur ses épaules son enfant. Il l’a montré, en disant combien il en était fier et combien cet enfant le dépassait. Cette scène, je vous l’accorde, n’appartient pas aux évangiles. Elle est pourtant représentée dans une église splendide, la chapelle Palatine à Palerme. L’on voit saint Joseph qui tient sur ses épaules Jésus, un peu en déséquilibre. Aussi l’enfant s’accroche-t’il aux cheveux de son père. Ce déséquilibre est provoqué par le fait qu’il se retourne pour faire un signe à sa mère qui les suit sur un âne blanc. Par son geste il lui dit : “viens, suis-nous, maman.” Marie regarde cette scène avec un sourire doux et aimable. Elle essaie de suivre Joseph qui marche d’un bon pas et résolument.

 

L’audace d’aller au-devant de la nouveauté

Marcher. Marcher en avant, marcher sans crainte.

Où va Joseph ? Part-il en exil en Égypte après la folie d’Hérode, voulant tuer les enfants en bas âge ? Ou retourne-t-il dans son pays sans assurance aucune d’avoir un accueil bienveillant ? Marcher sans crainte, voilà ce que fit Joseph.

Et l’on marche sans crainte si l’on a confiance.

Confiance en Dieu. Confiance en ses frères.

Joseph a eu confiance en Dieu : “ Ne crains pas Joseph de prendre chez toi ton épouse, car l’enfant qui est en elle, vient bien de l’Esprit Saint” lui dit-il en un songe (Évangile selon saint Matthieu 1, 20).

Joseph a fait confiance à Dieu qui ne ment pas.

J’ajoute encore ceci. Joseph a eu confiance en la parole de son épouse. Ce que l’ange annonce à Joseph, n’est en fait qu’une confirmation de ce que Marie lui avait confié : “ un ange m’a dit ‘Tu es comblée de grâce Marie, le Seigneur est avec toi, voici que tu vas enfanter un être saint, et il sera appelé Fils du Très-Haut’” (Évangile selon saint Luc, 1 28 et suivant).

Notre audace d’aller de l’avant, d’emprunter des chemins nouveaux, cette audace n’est fondée que sur la confiance que nous pouvons avoir les uns à l’égard des autres. Confiance que nous pouvons avoir envers Dieu qui ne ment pas, lorsqu’Il nous parle et nous promet des biens plus grands que ceux que nous pouvons imaginer.

Travaillez frères et sœurs à établir cette confiance, d’abord au milieu de nous. Dans vos familles, dans vos communautés de vie, dans votre paroisse. Ayez confiance dans la parole de l’autre, confiance dans une œuvre commune que vous réaliserez d’autant mieux qu’elle sera portée par la confiance mutuelle.

Confiance aussi les uns dans les autres, dans notre société qui est, faut-il le dire, marquée par la suspicion généralisée.
Travaillez à faire en sorte que cette confiance vous permette d’aller au-delà de vos peurs, au-delà de vos angoisses.

 

Ne crains pas, Joseph de prendre chez toi Marie, car l’enfant qui est en elle vient bien de l’Esprit Saint

Que le Seigneur mette en votre cœur, cette audace confiante qui vous permettra d’aller de l’avant, d’affronter les nouveautés sans lesquelles rien ne peut se réaliser. Faire du neuf, c’est quitter l’ancien, pour aller vers l’inconnu, avec confiance, avec audace, et dans la joie.

Amen.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.