Solennité de la Pentecôte

Le cœur élevé

 

Avez-vous le cœur élevé ?

Avant de chanter le Sanctus à la messe, le prêtre invite les fidèles : ” Sursum corda ” – élevons notre cœur ! Mais qu’est-ce donc qui vous attire en haut ?

Qu’est-ce qui vous attire, je veux dire spirituellement ? Qu’est-ce qui vous élève et retient votre regard ? Quelle beauté ? Quelle bonté ? Voyons d’abord les conséquences de votre élévation.

En s’agrandissant vers le haut on réduit les demi- joies ;  les joies trop basses, que l’on peut identifier au fait qu’elles passent trop aisément, celles que nous cultivons faute d’avoir des joie pleines et surtout durables. Lorsque saint Ignace de Loyola s’est converti – c’était un  noble basque qui vivait un peu trop loin de Dieu – il fut hospitalisé. Il alternait les lectures profanes et spirituelles, et il fit cette expérience que chacun d’entre vous peut faire de joies qui passent et de joies qui ne passent pas. De joies trop courtes et de joies longues. Les joies longues  traversent notre histoire et s’inscrivent dans notre mémoire. On pourrait presque dire dans notre chair. Telle est la vraie joie, celle qui excède le temps qui passe, celle que rien ne distrait.

Revenons à votre attrait.

Qu’est-ce qui vous attire ? Il y a en vous des chemins qui descendent, mais il y en a aussi  qui montent et Dieu trouve en vous des complicités à Ses desseins. Vos qualités, vos talents, vos choix s’harmonisent avec le travail de l’Esprit Saint en vous. L’Esprit Saint qui, comme le dit la liturgie, poursuit dans le monde l’ œuvre de réconciliation inaugurée par le Père et son Fils Jésus-Christ. Vos attraits pour ce qui est élevé unissent en nous le projet de Dieu et le meilleur de ce que vous portez en notre humanité : désir de paix…

J’ai donné vendredi dernier une conférence à l’Académie des Sciences d’Outremer dont le thème était  « La foi est-elle nécessaire pour faire le bien ? » J’ai répondu en disant qu’en  tout cas, elle nous permet de mieux penser le bien. Et de le définir. Qu’est-ce que le bien ? S’il en existe un, il doit être universel, c’est-à-dire qu’il doit être le bien de tous. Sans exclusive. Il doit aussi être obtenu par le concours de tous. La paix est un élément qui appartient à tous et dont nul ne peut être privé. Ce bien ne peut être atteint que par le concours de tous.

Tels sont les grands attraits qui élèvent le cœur et l’âme : désir de paix, désir de concorde, de fraternité et de juste répartition des biens indispensables à tous. Voilà comment ces attraits vers le haut coïncident en nous, en notre humanité, avec ce que vous portez  de meilleur en vous .

 

Les attraits spirituels

À cette disposition fondamentale qui consiste à élever notre cœur vers les réalités les plus hautes et les plus dignes de Dieu et de l’humanité doit correspondre pour chacun d’entre vous un effort de clarification et de discernement. Car s’il y a attrait, il ne peut être que personnel.  Il faut donc s’arrêter à quelques attraits parmi les nombreux qui existent et en choisir un qui vous correspond.

Au début de son ministère,  lorsque Jésus a choisi ses apôtres, il leur a donné une sorte de charte des  attraits spirituels. Vous la connaissez bien, ce sont les Béatitudes.

Il y en a qui passent toute leur vie dans un perpétuel merci à Dieu. Cette attitude spirituelle fondamentale qui consiste à bénir et pour qui la gratitude pour Dieu ne cesse de grandir au cours de leur existence. On pourrait dire que c’est la béatitude fondamentale. Elle correspond à la première béatitude.

Il en est que le seul mot « donner » pénètrent de joie et qui ne sont heureux que lorsqu’ils ont les mains vides de toute propriété. Et il est vrai qu’avec l’âge, nous nous alourdissons de nombreux biens superflus. S’en délester c’est perdre un peu de préoccupation pour des biens qui n’en méritent pas toujours.

 

Il en est pour qui la douceur est comme une forme intérieure qui corrige toutes les aspérités intérieures et extérieures. Une douceur qui rend  toutes choses même les plus blessées, paisibles et apaisées.

Ainsi les béatitudes forment la charte des attraits d’en haut. Y répondre c’est grandir vers les choses célestes.

Je sais mon Dieu,

que sur mon chemin,

lorsque mon âme s’élève vers vous dans une prière sincère,

en me mettant à genoux et en priant l’Esprit Saint de m’inspirer,

je trouverai le chemin de l’amour, de la paix, de la douceur, de la miséricorde, de la concorde, de la justice et de la sainteté,

et que toutes mes tergiversations cesseront, et mes griefs seront anéantis.

 

Je sais que vous attirez toujours vers vous ce qu’il y a en moi de meilleur selon la  promesse  que vous nous avez faite sur la Croix :

Lorsque j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes  ( Jn 12, 32)

 

Amen

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.