Nous ne sommes pas seuls

                  Nous sommes vraiment ressuscités. Alléluia

 

Marie-Lyse bienvenue ! C’est aujourd’hui le jour de votre baptême. Cela fait un certain temps que vous êtes parmi nous mais c’est “le jour” ! Dans quelques instants vous allez être vraiment complètement des nôtres. Un jour nouveau se lève, nous allons désormais vivre notre aventure ensemble. Bienvenue et merci. Merci parce que, au fond vous êtes un signe que l’Esprit de Dieu aime notre communauté, vous êtes un signe que l’Eglise est un lieu où l’on peut renaître et tout à l’heure votre baptême va nous appeler à vivre notre propre baptême, votre confirmation va nous appeler à vivre notre propre confirmation, votre communion va nous appeler à vivre notre propre communion.

Comment ?

Tout d’abord, en nous disant que nous ne sommes pas enfermés dans la mort. Nous avons entendu l’épître de Saint-Paul : le Christ Jésus est né dans un monde où l’on ne croyait pas à la résurrection. Il est né dans un monde de violence, de peurs, de mesquinerie, de haine : il en est mort certes.

Mais votre baptême vous lie à lui, notre baptême nous lie à lui.  Nous acceptons avec lui de mourir à ce monde. Vivre avec lui : sa résurrection, c’est notre résurrection, sa vie c’est notre vie. Nous n’avons plus à avoir peur. C’est vrai que vous comme moi, nous allons encore pécher mais nous ne sommes plus enfermés dans le péché, nous ne sommes plus enfermés dans la mort. Nous savons que quoi qu’il arrive, Il veut que nous vivions.

Votre baptême nous rappelle que nous sommes faits pour la vie et que nous avons inauguré une vie éternelle au moment où nous avons dit oui, où nous avons été plongés dans la Trinité, au moment où nous avons été comme greffés sur Dieu.

Comment votre communion est notre communion.

Vous avez entendu pratiquement toute l’histoire de l’Humanité à partir d’Adam. L’histoire du peuple juif à partir d’Abraham, ce peuple de l’Alliance et de la Promesse qui vous dit que c’est maintenant votre histoire, notre histoire. Nous n’avons pas vu quelque chose qui ne nous regarde pas, c’est notre histoire. Nous avons été choisis pour faire partie du peuple de Dieu et Jésus est l’aboutissement de cette promesse. Il est l’aboutissement de cette alliance. Tout à l’heure vous entendrez la litanie des saints ; notre histoire ne s’est pas arrêtée avec Jésus, elle continue et nous avons comme ancêtres une foule innombrable de saints. Des saints qui nous ont marqués sans que nous sachions très bien comment. Mais nous faisons partie d’un peuple. Nous ne sommes pas seuls. Tout à l’heure vous allez communier. Communier, quel beau mot !

Communion, cela veut dire que le Christ veut faire corps avec vous, qu’Il veut que Lui et vous, vous fassiez comme une seule personne malgré vos personnalités différentes.

 Faire corps avec le Christ.

Faire corps avec le Christ : manger son corps, boire son sang, pour faire corps avec lui.

Car depuis notre baptême nous faisons corps avec le Christ, tous ensemble. Nous ne savons encore pas très bien le vivre, n’empêche que nous faisons partie de ce peuple choisi par Dieu, n’empêche que nous faisons partie de ce corps du Christ et que nous ne pouvons plus jamais dire que nous sommes seuls.

 Comment allons-nous vivre notre confirmation, votre confirmation ?

En nous rendant en Galilée. La Galilée, c’est la Galilée des nations, c’est le mélange. C’est Paris avec des gens de toutes sortes, de toutes qualités, de toutes cultures, de toutes pensées, des agnostiques, des athées, des croyants. Il est venu pour ceux-là, Il est venu pour le monde. Il est venu pour ce monde où tant de gens aujourd’hui, parce qu’ils ont peur de se faire illusion, ne veulent pas croire et préfèrent suivre leur raison ou leurs calculs. Comme si la raison et le calcul pouvaient donner sens à la vie. Ils préfèrent suivre leur convoitise et succomber à je ne sais quelle publicité pour consommer un peu plus, pour aller un peu plus en vacances – comme si aller en vacances donnait un sens à sa vie -.

C’est dans cette Galilée-là, que vous allez recevoir la marque du Seigneur. Elle ne se verra pas apparemment. L’huile que je vais mettre sur votre front disparaîtra bientôt, mais elle est dans votre cœur, pour que vous portiez la marque de Dieu dans ce monde-là.  Pour que ce que vous vivez soit signe. Signe que la mort est vaincue, que l’amour est plus fort que la mort. Vous êtes envoyée, nous sommes envoyés dans la Galilée des nations pour dire que la vie a un sens, qu’il y en a assez de voir ces gens désespérés errer sans savoir où ils vont, alors que Dieu nous dit qu’Il nous aime, qu’Il nous attend et que notre vie peut avoir un sens.

Dans un instant vous allez être baptisée, vous allez être confirmée, vous allez communier, et ceci n’a qu’un but, c’est de vous faire vivre et de vivre pleinement. Nous disons en principe pour le baiser de paix « Jésus est ressuscité » et on répond « Il est vraiment ressuscité ».

Moi je dirais volontiers « Jésus est ressuscité » puis « Nous sommes ressuscités » et « Nous sommes vraiment ressuscités. Alléluia !».

Amen

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *